AstroNono

La collimation

Le tube du télescope est transporté dans une caisse dont l’intérieur est capitonné de 5 cm de mousse. Cette caisse est elle-même sanglée sur le siège du véhicule pendant le déplacement vers le site d’observation. Malgré ces précautions le tube est soumis à des chocs amortis par la mousse et le siège. C’est pourquoi nous vérifions visuellement l’état de la collimation une fois que le matériel est installé et que le tube s’est stabilisé en température. Nous réalisons cette collimation, si nous l’estimons nécessaire, directement sur une étoile, d’abord avec un grossissement relativement faible de l’ordre de 200 fois, puis en augmentant avec un oculaire de courte focale (12,5 mm ou 9 mm) et avec une lentille de Barlow ; en général, le grossissement final est au moins égal à 600 fois. Nous agissons de manière itérative en serrant ou desserrant les 3 vis de positionnement du miroir secondaire. Nous vérifions également la collimation en défocalisant en position intra-focale et en extra-focale, ceci pour s’assurer que les images sont similaires dans les deux positions. Si ce n’est pas le cas il y a lieu de reprendre le réglage de la position du miroir primaire, ce qui ne peut se faire que de jour, avec un pied à coulisse, et après le démontage du miroir primaire du tube. Nous avons amplement suivi les conseils de Laurent Bernasconi et de Thierry Legault.